LA SLOVENIE








DU 25/07 au 01/08/2012
8 jours - 521 kms


​La Slovénie est un pays de l'Europe de l'est, situé dans la péninsule balkanique.

Superficie :20 273 km²
Habitants : 2,1 millions
Capitale : Ljubljana (c'est aussi la plus grande ville)
Langue officielle : le slovène (localement : l'italien et l'hongrois)
Monnaie : l'euro

La Slovénie et une république parlementaire



C'est sous une pluie battante que nous arrivons tard le 24/07 à Maribor. Initialement nous ne comptions rester en Slovénie qu'une seule nuit et ensuite passer en Autriche. mais des nouvelles de France nous forcent à écourter notre périple en Europe. Il est bon de voyager, mais il ne faut pas en oublier nos proches. Il est vrai que cela sera moins facile une fois traversé l'Atlantique. Nous décidons de modifier notre voyage et de nous rapprocher chaque jour un peu plus de la France. Nous allons donc traverser la Slovénie pour ensuite revenir par l'Italie et la Suisse en fonction des nouvelles que nous aurons.



MARIBOR


​Si la matinée ne se présente pas sous les meilleurs hospices, le soleil fait enfin son apparition après le déjeuner. Même sous la pluie, nous sommes conquis par cette ville, jeune et dynamique. Nous ressortons de l'office du tourisme avec un sac complet de documentation : la Slovénie à vélo, la route des vins, les circuits en montagne... tout ici est fait pour le tourisme vert et surtout pour l'accueil. De plus, toute la documentation est en français!!!

Maribor est située à 275 mètres d'altitude, le long de la rivière Drave qui est un important affluent du Danube. Promue Capitale Européenne de la Culture en 2012, c'est la seconde plus grande commune urbaine de Slovénie après la capitale Ljubljana. La ville, centre d'une région viticole, sylvicole et montagneuse, est reconnue pour son tourisme et pour ses nombreuses compétitions de sports d'hiver. Elle est surnommée « La Cité Alpine » depuis 2000.



Tout au long de notre visite, nous avons découvert des petits panneaux représentant des scènes de vie ainsi que des statuettes sur les frontons des bâtiments. Il y avait aussi une exposition de poteries faites par des enfants représentant leur vision des maisons au Mali. Le soleil de l'après-midi a fait se remplir les terrasses des cafés. Maribor est une ville résolument tournée vers le modèle européen, tout en gardant ses valeurs et ses racines. Et nous sommes convaincus que le reste de notre visite en Slovénie nous apportera beaucoup de plaisir et de belles rencontres.








​Nous quittons Maribor en fin de journée, en direction de Celje, petite ville à 60 kms de là. Nous décidons de prendre l'autoroute pour gagner du temps et surtout parce que nous avons dû acheter une vignette autoroute en passant la douane, qui nous permet d'utiliser le réseau autoroutier pendant une semaine. A Celje, il y a deux lieux à visiter : la vieille ville et le château. Ne souhaitant pas dormir en ville, nous montons directement au château en espérant qu'il sera possible d'y poser notre coquille pour la nuit. Nous arrivons juste avant la fermeture du guichet. Question : Can we sleep here ? réponse : Why not? Nous sommes bien loin de la France!!!

CELJE



​Celje, avec plus de 48 000 habitants, est la troisième ville de Slovénie. Située au centre-est du pays, elle est la capitale de la région de la Basse-Styrie. Elle fut historiquement très importante : dans l'Antiquité, elle était nommée la « Seconde Troie » et elle fut également le siège du dernier État slovène historique indépendant (jusqu'à l'indépendance de la Slovénie en 1991).
La ville s'est développée à l'entrée d'une étroite vallée longeant la Savinja. L'arrivée des chemins de fer, en 1864, y amena l'industrie et l'urbanisation.
Avec ses rues pavées, son calvaire de Marie, son Hôtel de Ville de style fin XIXe s. Celje nous offre un agréable voyage dans le temps.


​C'est aussi la ville de l'une des familles les plus importantes du Moyen Âge en Europe, les Žovnek. Le château, situé sur une colline, en dehors de la ville et le Palais résidentiel en témoigne la magnificence.
Après l'assassinat du dernier descendant de cette famille de Celje en 1456, la propriété du château fut transférée à la région. Au cours du 17ème siècle, il tomba en ruines. Il fut acheté en 1755 par le Comte Gaisruck qui commença à l'utiliser en tant que carrière. Son travail fut poursuivi au début du 19ème siècle par un propriétaire rural. Après 1846, on commença lentement à sauvegarder les murs et à rénover les ruines. L'entretien et la réparation des murs du château de Celje est une des plus anciennes action de rénovation continue existant en Slovénie.
Le Palais (Knežji dvor) abrite aujourd'hui un musée archéologique. En son temps, il était entouré de remparts, dont il ne subsiste que la Tour de l'eau.



Nous laissons la jolie ville de Celje pour poursuivre notre route plus vers l'ouest. Nous sommes maintenant dans la vallée du houblon. Celui-ci pousse comme les rames de haricots. Nous découvrons aussi une façon très originale de faire sécher le foin. Nous traversons des villages de montagne joliment fleuris. Cela n'est pas sans nous rappeler la Suisse ou l'Autriche. Nous décidons de nous rendre à Kamiska BistriKa, un village situé au nord de Ljubljana, afin de pouvoir monter le lendemain à Velika Planina, un ancien village d'estive seul dans son genre, qui culmine à 1666 m. Arrivés sur place, nous préférons nous rendre directement au parking au pied du site. Nous y trouvons déjà plusieurs camping-cars. Il faut dire que la Slovénie est le pays le plus visité des Balkans par les adeptes du tourisme vert. Nous y faisons la connaissance de deux jeunes français qui visitent le pays dans un petit fourgon.


VELIKA PLANINA

Velika Planina est un magnifique plateau situé à plus de 1600 mètres d'altitude. On y accède par un télécabine et un télésiège, ou pour les plus courageux, par un sentier de randonnées, une jolie promenade de 3H. Une fois en haut, l'ambiance est magique. Le tintement des cloches des vaches, les hommes qui chantent à capela. Certaines bergeries sont devenues des gîtes et l'endroit à cette époque de l'année est très fréquenté, mais la prairie est vaste et l'humeur festive.

Avant la Seconde Guerre mondiale, une centaine de bergers montaient tout l'été au village avec les vaches mais aussi des chevaux. Durant l'estive, les bergers ramassaient des plantes et fabriquaient du fromage et des objets en bois que la famille récupérait quand elle venait leur livrer des fruits, des légumes et autres denrées nécessaires.
Chaque berger avait sa maison de forme ovale, qui ne comprenait qu'une seule pièce carrée. Un muret de pierres sur lequel reposait le toit, formait un abri pour quelques vaches devant la porte. Si un loup approchait, l'agitation des bêtes prévenait le berger. Par ailleurs il y avait toujours un gardien de troupeau la nuit.
Le village est dominé par l'église de Marie-Neige, construite en 1939, par les bergers, en l'honneur de la vierge Marie. Ils se sont basés sur les plans de l'architecte slovène Jože Plečnik, en tenant compte de l'architecture locale. Brûlée pendant la Seconde Guerre mondiale en même temps qu'une centaine d'habitations, elle fut reconstruite en 1988 et est désormais connue pour ses messes de Noël.
L'hiver, Velika Planina accueillent les adeptes du ski alpin et de fond avec ses quelques 10 kilomètres de pistes.


​Après ce bon bol d'air, nous reprenons la route en direction de la capitale. Il est impossible de stationner près du quartier historique et il n'existe pas non plus de parking aux abords de la ville permettant d'y dormir. Nous décidons donc d'aller au camping Jezica, situé à 6 kms du centre historique. Cela nous permettra de faire nos lessives et de nous connecter avec la famille. Le camping est vaste et très ombragé, ce qui n'est pas un luxe car si nous sommes arrivés en Slovénie sous la pluie, il fait depuis deux jours une chaleur caniculaire. Cela nous permettra aussi de laisser Sylia au frais dans le camping-car, pendant nos déplacements dans la capitale.

Le camping propose des locations de vélos et nous optons pour ce mode de transport pour partir à la conquête de Ljubljana. Toute la ville est équipée de pistes cyclables et d'emplacements pour parquer les vélos. L'office du tourisme propose même des locations. Tout ici est fait pour faciliter les déplacements. Nous avions abandonné l'idée au moment de notre départ, d'emporter nos vélos car cela nous paraissait compliqué pour les transports en cargos (démontage du porte-vélo et stockage du tout dans la soute). Il devient indéniable aujourd'hui que nous en prendrons une fois revenus en France. Nous sommes souvent obligés de stationner loin des lieux à visiter et il n'y a pas toujours de transports en commun. déjà en Grèce, cela nous avait manqué quand nous bivouaquions plusieurs jours au même endroit, pour aller faire les courses.

LJUBLJANA


​Ljubljana, aussi nommée en français Lubiana, est la ville principale (280 000 Hab)et la capitale de la Slovénie. Elle a été influencée tout au long de son histoire par différentes cultures du fait de sa position géographique charnière entre les cultures germanique, latine et slave. Depuis 1991, la ville est le centre économique et culturel principal de la Slovénie devenue indépendante de la Yougoslavie.
Malgré l'apparition de grands immeubles surtout en périphérie de la ville, Ljubljana garde intact son centre historique où se mélangent les styles architecturaux baroque et Art nouveau. La ville est fortement influencée par la mode autrichienne. La vieille ville se compose de deux quartiers. Celui de l'hôtel de ville qui accueille les principales œuvres architecturales et le quartier des Chevaliers de la Croix où se situent l'église des Ursulines, l'édifice de la société philharmonique (1702) et la maison de Cankar.






Le château de Ljubljana domine la colline surplombant la rivière Ljubljanica. Construit au XIIe siècle, le château est la résidence des Margraves, puis des ducs de Carinthie. Il existe deux façons de se rendre au château : via un funiculaire, ou en empruntant un sentier qui grimpe à flan de colline. C'est la balade dominicale des habitants de la capitale les jours de beau temps. Nous préférons de bien loin la grimpette à pied et laissons donc nos vélos au pied de la colline. Il fait chaud mais le chemin ombragé nous offre un peu de fraîcheur. Nous avons aussi la possibilité de voir ainsi la ville autrement avec un plan plus large. A l'intérieur du château des chaises longues sous les arbres, attendent les visiteurs.








Le château fut mentionné en premier en 1144 en tant que siège du duché de Carinthie. La forteresse fut détruite lorsque le duché entra dans l'empire austro-hongrois des Habsbourg en 1335.

Entre 1485 et 1495, le château actuel fut construit et garni de tours, pour défendre l'empire de l'invasion ottomane mais aussi contre des révoltes paysannes. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le château devint un arsenal et un hôpital militaire. Endommagé durant la période napoléonienne, il servit de prison une fois de retour dans l'empire d'Autriche jusque la fin de la Seconde Guerre mondiale. La tour principale du château date de 1848. Elle était habitée par un garde qui devait tirer un coup de canon pour avertir la ville en cas de danger.
En 1905, le château fut acheté par la ville de Ljubljana qui l'utilisa jusque dans les années 1960, date à laquelle commença sa rénovation qui dura 35 ans. Aujourd'hui, il abrite des évènements culturels.








Après une bonne nuit de sommeil réparateur (dur, dur, une journée de vélo!!!), nous reprenons notre route en direction, cette fois-ci du sud du pays pour aller visiter la vallée des ours et le site de Basa 20. Sur 70 kms, nous allons traverser des plaines, des forêts, des montagnes et des vignobles. La Slovénie est un petit pays certes, mais ses paysages n'en restent pas moins très variés. Une ballade au bord de la rivière Krka, une visite du château de Zuzemberk et des anciennes forges de Dvor et nous arrivons en fin de journée au coeur de la forêt de Kočevski Rog, qui abrite encore quelques ours bruns, des loups et des lynx.





BASA 20

Le parking du site est vide et des plus tranquilles, c'est l'endroit idéal pour poser notre coquille. Comme il fait encore bien jour, nous partons faire une petite balade de repérage en promenant Sylia afin d'organiser notre randonnée du lendemain. Basa 20 est un ancien campement de réfugiés de la Seconde Guerre mondiale qui s'étend sur plusieurs hectares dans la forêt. Il nous faudra la journée du lendemain pour en faire la visite.

Ces camps de réfugiés n'ont jamais été découverts par les allemands. Il faut dire qu'au milieu de cette immense forêt, il est très difficile de s'y retrouver. mais pour nous, pas de risques, le site est bien balisé et au petit musée près du parking, des étudiants nous accueillent et nous renseignent.

Dans une zone qui est à elle seule un monument historique, Basa 20 comprend 26 baraques rudimentaires en bois installées au coeur du Kočevski Rog. Les leaders politiques et les membres de l'état-major de la résistance partisane venaient s'y réfugier durant la Seconde Guerre mondiale. Plusieurs baraques servent d'expositions racontant le quotidien des réfugiés et tous les évènements de cette tragique période.




La forêt abritait aussi un bunker enterré et l'hôpital des partisans Jelendol. Il fut construit dans un creux profond karstique, à la végétation épaisse, lui garantissant sécurité tout en restant accessible pour les ravitaillements. Pendant la guerre, plus de 320 victimes lourdement touchées y furent soignées. On y déplore seulement 21 décès enterrés près de l'hôpital. Durant 2 ans, des chirurgiens ont dû opérer dans des conditions difficiles avec les moyens du bord. Le site comprend 10 bâtiments en bois, encore bien conservés, composés d'un dortoir, d'une cuisine, d'un bloc opératoire, de casernes et de sanitaires.



Allez la route continue!!!! Partons en direction de Postnojna, au sud ouest du pays. Le lieu est connu pour la Postojnska jama. C'est une grotte de 20 kilomètres de long abritant des protées, sorte de salamandre blanche, vivant dans l'obscurité des grottes. Nous faisons d'abord une escale au parc Rakov Škocjan.




 RAKOV SKOCJAN

Nous sommes ici dans une vallée du karst classique. La rivière Rak, une des plus courte de Slovénie, sort de la grotte Zelše d'un côté, serpente paresseusement sur 2,5 km le long de prairies et traverse Veliki Naravni Most (le Grand Pont Naturel), une arche rocheuse de 10 m de haut et 40 m de long avant de disparaître dans la grotte Tkalca de l'autre côté.

Ce site très impressionnant est le résultat de l'effondrement d'une partie du plafond de la vallée souterraine de la rivière Rak. Les gorges sont parfois couvertes, parfois ouvertes avec de grands ponts naturels, et un environnement très agréable de vallée fermée. En été, la rivière voit son niveau baisser énormément, au point de ne devenir qu'un simple ruisseau.



Arrivés à Postojna, c'est la déconvenue !!!! non seulement, il y a un monde fou pour visiter les grottes, mais en plus cela coûte un prix exorbitant, aussi bien pour la visite que pour le parking. Non loin de là, il y a le château de Predjama à 10 kms de là. Construit au XVIIIe siècle, sa particularité fait qu'il a été édifié à flanc de falaise dans une énorme cavité à 123 mètres au-dessus d'un gouffre karstique, ceci afin de rendre son accès difficile. Il est très facile de stationner devant le château et nous décidons d'y passer la nuit, afin de pouvoir le visiter le lendemain. L'endroit est des plus calmes et l'accueil des habitants du bourg fort sympathique.

Le château fut rendu célèbre par Erazem Predjamski, chevalier-brigand qui prit parti contre l'empereur autrichien Frédéric III au XVe siècle, aux côtés de Mathias Korvin Ier. ce dernier fut vaincu et Erazem se vengea alors en tuant un proche de l'empereur d'Autriche. Poursuivi par les troupes impériales, le chevalier-brigand se réfugia dans son château réputé imprenable et résista pendant un an, assiégé par le commandant de la garnison de Trieste envoyé par l'empereur, profitant des multiples grottes attenantes au château de Predjama pour se ravitailler. Il fut finalement tué en 1484 suite à une trahison. La légende dit qu'il repose sous la place de la localité de Predjama à portée de vue de son château, sous l'immense tilleul, toujours vivant, planté par sa fiancée.




Malheureusement, les nouvelles de France ne sont pas bonnes. Nous décidons tout de même, vu que c'est sur notre route de retour, de nous arrêter à Lipica, berceau du cheval Lipizzan. La journée est bien avancée quand nous arrivons au Haras et il est trop tard pour le visiter. Par chance, il nous est possible de stationner sur l'immense parking du complexe, comprenant aussi un hôtel de luxe avec terrain de golf et casino. Nous prenons rendez-vous avec un guide pour le lendemain à 11h. Le grand spectacle sera pour le lendemain. Et c'est, bercés par les hennissements des chevaux que nous nous endormons dans notre coquille.



LIPICA

Le Haras National Slovène de Lipica est situé dans la pittoresque région du karst, près de la frontière Italo-slovène. Il a été fondé en 1580 et depuis plus de quatre siècles il suit la tradition de l'élevage et de la sélection des chevaux Lipizzans.

L' histoire de Lipica est étroitement jumelée avec celle des Habsburgs qui dominaient une large part de l'Europe et comptaient beaucoup sur l'usage des chevaux. A cette époque, le cheval espagnol était considéré comme la race idéale, c'est pourquoi l'Archiduc Charles, troisième fils de Ferdinand I de Habsburg, choisit de construire le haras royal dans le Karst compte tenu du sol et du climat similaires à celui de l'Espagne.

Aujourd'hui, le haras héberge 400 chevaux, et surtout des étalons reproducteurs mondialement renommés d'une valeur inestimable. Le dernier étalon a été acquis pour la modique somme de 10 millions d'euros!!! La visite du haras se passe en trois étapes : le spectacle du lâcher des juments et leurs petits vers les parcs, la visite des écuries des étalons (nous n'avons pas pu savoir quel était le super étalon en or!!!) et une séance de dressage dans le manège. Tout ici est douceur, calme et sérénité. Les bâtiments d'époque sont magnifiques et il y a une grande complicité entre les soigneurs, les entraîneurs et les chevaux qui ne demandent que douceurs et câlins.





​Après la visite, nous avons pu nous promener dans la propriété le long des parcs et caresser les juments. Le lipizzan est marron a la naissance et sa pigmentation met 10 ans à devenir blanche. C'est un cheval à la peau fragile, qui peut prendre des coups de soleil dramatiques pour lui. Il faut presque 20 ans de dressage, pour obtenir un cheval de très haut niveau, comme ceux de l'Ecole Espagnole de Vienne.




QUELQUES PLATS TRADITIONNELS QUE NOUS AVONS DEGUSTES


Les Struklji sont fait d'une pâte proche de celle utilisée pour le Strudel autrichien, mais farcie au choix avec du fromage blanc, des légumes ou de la viande, roulée et cuite dans l'eau bouillante. Les Struklji peuvent être aussi servi en dessert mais cette fois-ci garnis de crème ou de confiture.
Le Jabolčni Zavitek est un chausson à pâte très fine, fourré aux pommes, fromage ou aux griottes.
Dans les pâtisseries, on retrouve très souvent le potica, gâteau roulé fourré au chocolat, aux noisettes, aux noix, aux raisins.




​Notre virée slovène s'arrête ici. Nous devons rejoindre la France au plus vite. Nous allons en quelques jours avaler les kilomètres. Mais le voyage est seulement en suspens. Nous allons profiter de notre retour en France pour préparer la suite du voyage qui celui-ci sera bien plus long et tout aussi riche en découvertes.

La Slovénie est un pays où nous aurons plaisir à revenir, tout d'abord pour en visiter le nord et la région côtière que nous n'avons pas eu le temps de faire, mais aussi pour cette atmosphère si particulière qu'il y règne. La nature, l'accueil de ses habitants lui confère cette sérénité et cette douceur de vivre, même en pleine saison touristique, que l'on ne retrouve plus guère chez nous.

INFORMATIONS PRATIQUES

Decalages Horaireaucun avec la France
Monnaiel'euro
Coût de la vieidem la France
Languele slovène
Visala carte d'identité suffit
Douane EntréeMacje (SLO)
Douane SortieKosina (SLO)
Assurance CCassurance française - pays sur la carte verte
Bivouacslibres partout (campagne et villages)
Diésel1.38€/L
Eauaux fontaines (villages et montagne) - eau potable
Electricité220V
GazKosina (usine à gaz)
Internetcampings - café - restaurants - hotspots des villes
Laveriescamping Ljubljana
Réseau routierexcellent état
Cartes routièresMichelin 736 : Slovénie - Croatie - Bulgarie (intérieur) - Serbie
Guides de voyagebeaucoup de documentations en français dans toutes les villes
Petits mots magiquesBonjour : Doberdan - Merci : Vrala - Au revoir : Dobrodosli

Points GPS et appréciations des bivouacs en cliquant ici


​​LES BIVOUACS



​La suite c'est ici : les Amériques