En route vers l'Amérique du Sud !!!


​Jeudi 08 juin 2017, nous embarquons enfin sur le Grande Nigeria de Grimaldi Lines, qui va nous emmener en Amérique du Sud. Durant toute la traversée Frankiz sera garé et bien arrimé au 6ème étage, alors que nous prenons nos quartiers au 12ème étage. Après une grosse tempête qui a sévi entre l'Angleterre et la Belgique, le cargo a déjà deux jours de retard et les opérations de chargement durent plus longtemps que prévu. Nous quittons enfin le port d'Anvers le vendredi soir vers 11h.

Environ 30 jours de traversée avec plusieurs escales au programme : Le Havre, Dakar (Sénégal), Freetown (Sierra Leone), Vitoria (Brésil), Rio de Janeiro (Brésil), Santos (Brésil), Zárate (Argentine) et enfin débarquement à Montevideo (Uruguay).





Le port d'Anvers


Nous sommes les seuls passagers à bord, avec un équipage Italiano-Philippin. Notre petite vie s'organise gentiment : sport, cours d'espagnol, finalisation de notre plan de voyage, lecture et bain de soleil. La cuisine est italienne et nous n'allons pas maigrir !!!

L'escale au Havre dure deux jours et nous donne une dernière fois l'opportunité de joindre nos proches et nos amis. Inutile de dire que le téléphone et internet ont chauffé !!!


Notre environnement durant la traversée

Notre quotidien

Dans la nuit du 19 juin nous arrivons à Dakar. Nous pouvons débarquer pour la journée. C'est la première fois que nous sommes en Afrique noire et c'est vraiment un choc culturel pour nous. Il fait une chaleur moite et étouffante. La ville grouille de véhicules en tout genre. Epuisés par tant de chaleur, nous décidons de nous réfugier dans un petit restaurant à l'air climatisé. La cuisine y est excellente et nous avons la possibilité de bénéficier du wifi du restaurant.

Après ce petit réconfort, nous décidons d'aller voir le palais présidentiel et son fameux garde habillé en zouave. Malheureusement il nous est impossible de faire des photos, car l'armée nous tombe littéralement dessus pour nous en empêcher. De plus le capitaine nous a informés qu'on pouvait se faire racketter si l'on nous voyait faire des photos. Vrai ou faux, nous ne voulons pas prendre le risque !!! De retour au port, les officiers des douanes nous informent qu'il nous aurait été plus agréable d'aller visiter l'île de Gorée, petite île située à l'entrée du port de Dakar. Nous aurions peut-être eu meilleur temps d'y aller. Trop tard !!!

A notre retour au cargo, nous avons le plaisir de découvrir trois nouveaux passagers italiens : Fabrizio jeune chercheur en physique se rendant en vacances au Brésil et un couple de baroudeurs comme nous, Lucia et Simonès, voyageant en camion. Ils parlent couramment le français, le courant passe tout de suite bien et cela nous promet de bons moments ensemble.


Arrivée au port de Dakar

​L'île de Gorée au petit matin

Levée de soleil sur les côtes africaines


Après deux jours de navigation, nous arrivons à Freetown en Sierra Leone. Le Grande Nigeria longe la côte et contourne la ville pour accéder au port maritime. Nous avons tout loisir d'admirer la côte. Heureusement, car ici, pas question de débarquer. C'est donc depuis le pont que nous observons la ville. 



Le 23 juin, nous quittons définitivement le continent africain. Notre traversée vers l'Amérique du sud va durer plusieurs jours et nous faire passer l'équateur. Ce sera aussi pour nous l'occasion de visiter le poste de commandement, de faire des exercices d'évacuation, et surtout de profiter du soleil avant notre arrivée sur les côtes brésiliennes où nous attend l'hiver !!!

Nous essuierons tout de même quelques jours de mauvais temps qui nous secouerons un peu et nous donnerons l'impression de dormir dans une essoreuse !!! Aïe, aïe, aïe notre pauvre dos !!!

Peu de temps avant notre arrivée à Vitoria, nous aurons la chance de voir nos premières baleines qui descendent vers le sud et le matin nous aurons le plaisir d'observer des fous de bassan venant se gaver de poissons volants que le cargo dérange sur son passage.


Le 29 juin nous atteignons enfin les côtes brésiliennes. Il fait un temps splendide et notre entrée en début d'après-midi à Vitoria est un grand moment. Nous n'avons malheureusement pas assez de temps pour profiter de la ville et décidons de rester à bord. Nous avons tout loisir de regarder les opérations de déchargement et de profiter du soleil qui se couche sur la ville qui semble ne jamais dormir.





Le 30 juin, en soirée, nous arrivons enfin à Rio de Janeiro, cette ville mythique que nous n'aurions jamais cru voir un jour. Dans notre tête raisonnent les airs de samba du carnaval et nous reviennent les images du film Orphéo Negro. L'entrée dans la baie de Rio est magnifique et nous pouvons admirer le Pão de Açùcar et le Christo Redentor do Corcovado de nuit.

Malheureusement la visite ne sera pas au programme cette fois-ci. Nous ne faisons escale que quelques heures. C'est aussi ici que Fabrizio nous quitte. En effet il n'a que deux mois de vacances et désire visiter le Brésil de Rio à Recife.
​ 
Pour nous consoler, nous avons tout de même la chance d'avoir un beau lever de soleil nous promettant une sortie tout en beauté. Mais n'oublions pas que nous sommes déjà en hiver ici et  c'est sous un ciel bien chargé que nous levons l'ancre.






​Et c'est reparti pour deux jours de navigation avec pour prochaine escale Santos!!! Après quelques heures à patienter devant la ville, nous pouvons enfin remonter l'estuaire et le canal de Piaçaguera jusqu'au port. C'est impressionnant !!! La ville est coupée en deux avec d'un côté de grandes tours d'habitation et de l'autre les favelas. Pour les aficionados du ballon rond, Santos est la ville du Roi Pelé et un musée lui est dédié.

Cette fois-ci, nous avons l'autorisation de débarquer pour quelques heures. Nous avons des fourmis dans les pieds et avec nos  complices de voyages, nous décidons de partir en balade jusqu'à la plage que nous avons admirée à notre arrivée. Le beau temps est avec nous et c'est avec plaisir que nous découvrons la vie brésilienne. 





Le mauvais temps va nous suivre jusqu'à l'entrée de Montevideo. L'hiver est bel et bien arrivé avec nous en Amérique du Sud. A la hauteur de Punta Del Este, la cargo ralentit et jette l'encre. Quèsaco ??? Ils sont fous ces italiens !!! On ne leur a pas dit qu'on était là pour visiter la terre et non pour faire du standby sous la pluie !!! Bon c'est vrai il tombe des cordes alors pour l'instant on n'est pas si mal à bord !!! Nous resterons ainsi cinq longues journées à attendre l'autorisation de remonter le Rio Paraña jusqu'à Zarate en Argentine !!! Il nous faudra encore 24h de navigation pour rejoindre le port ; nous aurons malgré tout la possibilité d'apercevoir les tours de Buenos Aires et au soleil couchant d'admirer l'entrée de l'estuaire. 




Nous allons rester deux jours en escale à Zarate et avons la possibilité de descendre pour aller nous promener en ville. Le port étant un peu excentré du centre, nous décidons d'appeler un taxi. Grand bien nous a pris car pour pouvoir le payer nous lui demandons de d'abord passer à la banque. Et là impossible de retirer des espèces, malgré notre carte "World Elite" ; ça commence bien !!! Notre guide va nous emmener dans toutes les banques de la ville et pour finir seule la Banque Nationale acceptera notre carte.

​Ensuite toujours guidés par Jorge, nous achetons les bandes fluorescentes obligatoires pour le véhicule. Toutes ces démarches achevées, nous profitons du reste de notre journée à terre pour nous balader en ville et surtout envoyer quelques nouvelles à la famille et aux amis. Le beau temps étant avec nous, c'est à pieds que nous faisons le retour au bateau. 

C'est en début d'après-midi que nous levons l'encre, pour notre dernière étape. Encore un jour de navigation et nous serons enfin arrivés au terme de cette longue traversée. Il fait un temps vraiment superbe et la descente du Rio restera un de nos plus beaux souvenirs. Nous sortons de l'estuaire au soleil couchant. Encore un "dodo" et "Montevideo prépare-toi !!! Les bretons débarquent !!!"



Une fois à quai tout se passe très vite !!! Nous rejoignons Frankiz qui nous attend déjà, libéré de ses sangles d'arrimage. Nous craignions un peu qu'il ne veuille démarrer après tous ces jours sans tourner. Mais que nenni !!! Notre brave escargot est prêt au départ !!!

Une employée de Grimaldi nous attend sur le quai pour nous accompagner jusqu'au poste de douanes du port afin d'y faire l'autorisation de circuler du véhicule. Une employée des douanes vient jeter un coup d'oeil rapide dans la cellule et nous annonce que nous allons devoir patienter un peu car une panne générale d'électricité l'empêche de faire le document électroniquement.

Au même moment, arrive un couple de français, Gwenaëlle et Bertrand, qui vient déposer chez Grimaldi un camping-car pour un retour en France, après deux ans de voyage autour du monde avec leurs deux enfants Gaëthan et Théotime. Et voilà comment on patiente !!! Devant un café, des biscuits de Céreste, en échangeant des histoires de voyages !!! 

Cette traversée pour nous est terminée, nous allons pouvoir enfin découvrir ce beau continent dont beaucoup nous ont déjà racontés le décor.

Pour conclure, en quelques chiffres, cette traversée c'est :

35 jours - 7 escales - environ 13 000 km - et surtout 5 kg chacun en plus !!!





​​La suite c'est ici : ​​L'URUGUAY