La côte pacifique




du  28/01 au 12/02/19 
16 jours - 500 km




​Souvenez-vous, nous avons quitté Guayaquil sous des trombes d’eau !!! Heureusement quelques kilomètres après la sortie de la ville, le soleil refait son apparition. Il y a plein de petits ports le long de la côte, mais nous préférons filer directement à Salinas.





Ville la plus à l’ouest du pays, Salinas était à l’origine un village de pêcheurs. Dans la première moitié du XXème siècle, la localité vivait principalement de la pêche et de l’extraction du sel.

Avec ses longues plages de sable blanc, comme Chipipe,  elle est devenue la station balnéaire est la plus prisée des habitants aisés de Guayaquil qui viennent s’y rafraichir ou y pratiquer la pêche au gros. De juin à septembre, on peut aussi observer des baleines à bosse qui viennent se reproduire au large.

Au bout de la péninsule Santa Elena, dans la base militaire du quartier de Chipipe, on arrive au phare de la Chocolatera. Un beau sentier longe la pointe et permet d’y observer des colonies de lions de mer, venus du Pérou, pour se reproduire.






En remontant la côte vers le nord, nous traversons de jolis petits ports, certains plus touristiques et branchés que d’autres. Montañita, village très à la mode auprès des surfeurs est surnommé Hippie-Land. Ambiance garantie sea, sex and sun avec ses rues en terre battue et ses hôtels en bois et bambou. Nous n'y resterons que le temps de déjeuner dans une petite comida. L’ambiance festive nous laissant présager une nuit sans sommeil, nous reprendrons vite la route en direction de Puerto Lopez.






Puerto Lopez est tout aussi touristique, mais l’ambiance y est plus paisible, exactement ce qu’il nous faut !!! Une jolie plage de sable fin, un malecon semé de paillottes, un port animé le matin au retour des bateaux, cela sent bon les vacances. C’est d’ici que partent les excursions pour Isla de la Plata, un parc national où il est possible d’observer frégates, fous à pattes bleues et tortues marines. Cette île est d’ailleurs surnommée les Galapagos du pauvre !!! En saison, il est aussi possible d’approcher les baleines à bosse de très près.






Le temps semble toujours brouillon, nous poussant à continuer notre chemin. De plus, il fait une chaleur moite insupportable !!! Quelques kilomètres au nord de Puerto Lopez, nous rentrons dans le Parc National de Machalilla, afin d'aller admirer la très belle playa de Los Frailes. En fait le Parc comprend trois sites : Isla de la Plata, la plage de Los Frailes et le site archéologique d'Agua Blanca, accessible après 5 km de marche et encore 2 km de visite (trop pour  nous par cette chaleur !!!). Nous ne resterons que le temps du déjeuner à Los Frailes, car le temps de visite est limité et nous devons en sortir pour 14h. 






Nous finissons par arriver à San Lorenzo.  Un petit village, une grande plage où patientent des bateaux de pêche endormis, des surfeurs qui attendent le tube de leur vie, des gargotes où déguster un bon plat de poisson, voilà le décor. 






Mais San Lorenzo, ce n’est pas que cela !!! Nous sommes ici pour voir naître les tortues golfina car cette immense plage et un grand lieu de nidification. Nous apprenons par un gardaparque, chargé de surveiller les nids, que la période d’incubation va de 50 à 130 jours selon les conditions climatiques. Là, ce n’est pas gagné !!! Allez, on va y croire !!! De toute façon, nous avons décidé de poser nos roues une semaine, alors avec un peu de chance on en verra peut-être…

Et un matin, enfin, nous voyons notre homme accroupi près d'un nid non loin de nous. Autant vous dire qu'il nous faut peu de temps pour le rejoindre !!! Oh, il n'y a pas foule de bébés !!! Tout ce petit monde serait-il  sorti pendant la nuit ? Toujours est-il qu'il reste deux malheureuses égarées trop épuisées pour rejoindre la mer. Le garde les prends avec du sable pour éviter de les toucher et petit à petit les rapproche du rivage. Mais il y a pas mal de ressac aujourd'hui et elles sont sans cesse rejetées sur la plage. Un jeune chilien de passage ici, finira par les prendre et rentrer dans l'eau pour les y déposer le plus loin possible.


Une belle promenade par la plage mène au Cabo San Lorenzo, signalé par un phare. On y accède par un sentier de randonnée, ou plutôt une longue série de marches qui grimpe le long de la falaise. Nos mollets s'en souviendront pendant plusieurs jours, mais la vue depuis le phare mérite bien quelques courbatures.





​Si l'on vous dit que l'on a adoré notre pause à San Lorrenzo, nous croirez-vous ??? Alors voici encore quelques photos pour vous convaincre.   






On se disait que cela allait être dur de quitter ce petit coin de paradis, mais le temps une fois de plus va décider pour nous. Dans la nuit de samedi à dimanche, une grosse tempête s'abat dans la région et on a droit au déluge pendant plusieurs heures. Au matin, nous ne pouvons que constater les dégâts. La pluie qui dévale de la colline, a emporté une partie de la plage.

Nous envisagions de nous rendre à Manta, le lundi matin pour faire les différentes vidanges de Frankiz, et préférons avancer notre départ d'un jour. Sur la route qui mène à Manta, la tempête a aussi laissé sa trace.





La suite, c'est pour bientôt !!!