L'ITALIE










DU 30/04 AU 13/05/2012
14 JOURS - 1189 KMS









​L'Italie est une péninsule de l'Europe du Sud située au centre du bassin méditerranéen.

Superficie : 301 336 km²
Habitants : 59,5 Millions
Capitale : Rome (les principales villes sont Milan, Naples, Turin, Palerme, Gênes, Bologne, Florence et Bari)
Langues officielles : l'italien
Monnaie : l'euro

L'Italie est une République, régie par une démocratie parlementaire.

 STRESA ET LES ÎLES BORROMEES


C'est sous une pluie battante que nous arrivons en Italie. Notre première étape sera pour le Lac Majeur. Après avoir trouvé non sans mal une place à Stresa pour bivouaquer, nous partons à la découverte de cette petite cité lacustre bon chic bon genre. Nous sommes en plein week-end férié du 1er mai et bon nombre de touristes ont investi les hôtels de luxe qui bordent le lac. Stresa n'est que petites places où les cafés et restaurants ont sorti leurs terrasses. Malheureusement pour tous, le soleil ne s'est pas invité!!!



Les Îles Borromées portent le nom de la famille lombarde qui les a conquises au XVIIè siècle, les Borromeo, qui en sont toujours propriétaires. Elles sont au nombre de quatre, mais seules trois se visitent : Isola Madre, la plus grande, couverte de jardins exotiques ; Isola Bella, la plus célèbre et la plus remarquable par son château de style baroque du XVIIè siècle. Le château, qui se visite, est renommé pour ses salles richement décorées de peintures murales et tableaux (Léonard de Vinci), ses caves entièrement décorées de galets, ses magnifiques jardins en terrasse couverts de plantes exotiques, dont des orangers ; Isola dei Pescatori (l'île des pêcheurs), la plus petite mais unique en son genre, par ses ruelles et ses petites maisons de pêcheurs. Pour notre part, nous nous sommes rendu sur Isola Bella et Isola dei Pescatori. Malheureusement, vu le déluge et notre état vestimentaire des plus trempés, nous avons renoncé par décence à visiter le château.









MONZA


Trop dégoûtés par toute cette pluie et les prévisions météo non réjouissantes, nous décidons d'écourter notre balade au bord du Lac Majeur et de reprendre la route. Evitant Milan, ville sans grand intérêt, nous optons pour un bivouac à Monza (Lombardie), lieu mythique pour les fans de vitesse auto et moto (et surtout pour JP!!!). Le circuit Autodromo Nazionale di Monzase se trouve au milieu du Parco di Villa Reale (Palais Royal), vaste parc à l'anglaise de 800 hectares entouré de 18 km de murs, aménagé aussi de plusieurs terrains de sport. En arrivant à Monza, nous découvrons qu'en fin de semaine aura lieu le SuperBike de moto. Cherchant une place pour dormir, nous pénétrons, sans trop nous en rendre compte, dans l'enceinte du circuit. Un gardien nous fait signe d'aller sur le parking des poids lourds et nous informe gentiment que nous pouvons rester là pendant deux jours, c'est-à-dire jusqu'au mercredi midi. On ne se le fait pas dire deux fois. Nous allons en profiter pour voir tous les préparatifs pour le GP.






L'EMILIE-ROMAGNE


Pendant une semaine nous allons nous promener dans cette belle région, riche de ses châteaux et de sa gastronomie : Parmesan, jambon, salami, tomate, vinaigne balsamique. Elle doit son nom à l'antique voie romaine qui traverse de façon rectiligne la plaine longeant les Apennins. Elle est constituée en majeure partie de plaine, et bénéficie d'une longue côte sur l'Adriatique. Au nord, elle est irriguée par le Pô qui décrit des méandres et se jette dans la mer en un vaste delta de 100 km. Les principales villes s'échelonnent le long de la Via Emilia, qui demeure le grand axe de communication de la région.



Aux alentours de Parme


Aux alentours de Parme, s'élèvent de nombreuses forteresses médiévales, édifiées par les plus grandes familles de l'époque, et transformées à la Renaissance, en de somptueuses demeures seigneuriales. Durant notre balade dans la région, nous avons pu en admirer quelques unes. Les paysages sont très relaxants entre vallons et rivières, et la nature en pleine explosion printanière nous enivre de ses parfums. Avant d'aller visiter Parme, nous établissons notre camp de base dans la petite bourgade pleine de charme de Soragna. Nous nous régalons en visitant les musées du Parmiggiano, du Jambon et de la tomate.



Soragna
Castello del borgo di Vigoleno

Castello di Torrechiara
Villa Palavicino

la maison natale de Verdi à Roncole
l'hôtel de ville de Roncole



Parme


Parme est une superbe ville avec une ambiance très chaleureuse comme on les aime. Malgré l'affluence touristique, il est très facile d'accéder aux différents sites et de visiter. Pour plus de commodités, nous choisissons de bivouaquer dans une aire aménagée pour camping-car non loin de l'aéroport, d'où il est facile de rejoindre le centre historique en bus. Facile.... vite dit!!!! Mais voilà ce jour-là, pas de bus!!! Et nous ne sommes pas les seuls à l'attendre. L'ambiance est à la bonne humeur et avec un couple de vénitiens, nous commençons à faire du stop pour blaguer. Et à notre grand étonnement, une charmante jeune femme s'arrête et se propose gentiment de nous conduire dans le centre de Parme. Que la visite commence!!!!



le Palais Ducale
la cour intérieur du Théâtre Farnèse
la Place Garibaldi

le Baptistère
le porche du Duomo



Le Théâtre Farnèse, bel exemple d'architecture, fut édifié au 17ème siècle sur l'ordre de Renuccio 1er, duc de parme. sa capacité d'accueil à l'époque était de 5000 spectateurs. Presque entièrement détruit en 1944, il fut reconstruit à l'identique dans les années 1950. En pénétrant dans ce bel édifice, on se sent tout petit.

Pour rester dans le monde du spectacle et pour retrouver un peu de notre âme d'enfant, nous nous offrons un petit voyage au monde de Guignol, en visitant le superbe musée du créateur Giordano Ferrari, qui a mis en scène ses premiers spectacles en 1892. Ce musée abrite environ 1500 pièces, venues du monde entier , ce qui en fait une des collections les plus importantes d'Europe. Un tiers de la collection est exposée par roulement.


l'intérieur du Baptistère
la coupole du Baptistère

les fresques de la nef centrale du Duomo
La scène du Théâtre farnèse
Les gradins du Téâtre Farnèse
le Musée giorgano Ferrari



MODENE


En descendant plus au sud sur la route de l'Emilie-Romagne, nous arrivons à Modène, ville emblématique de Ferrari, Maserati, Bugatti et Lamborghini. C'est aussi la région du vinaigre balsamique, et du vin Lambrusco. Nous n'oublierons pas, non plus, de citer le modénais le plus connu de par le monde, le ténor Luciano Pavarotti.

Modène est, après Bologne, la ville la plus prospère et la plus peuplée d'Emilie-Romagne. C'est une très belle cité, tout en couleur, qui fleure bon la tranquillité, avec ces palaces qui cachent derrière leurs porches de belles résidences. C'est aussi un des royaumes du "deux roues", comme beaucoup d'autres cités italiennes. Nous avons passé une superbe journée à flâner dans les rues aux allées couvertes et à nous imprégner de la vie locale en déambulant dans son marché couvert. Sans oublier l'incontournable cappuccino à la terrasse d'un sympathique café qui, fait du hasard, avait pour nom le numéro de notre département de coeur, le "56".







BOLOGNE



​Ville dépeinte comme érudite grâce à sa prestigieuse université, la plus ancienne d'Europe avec la Sorbonne parisienne ; opulente pour son abondante gastronomie et rouge non pour ses connotations politiques mais par la couleur de ses édifices ; Bologne se visite et se vit sous ses arcades (37km!!!). Tout ici grouille, sans aucune frénésie, et tout se croise : piétons, deux roues et tramways , jeunes et séniors.




San Stefano
la sirène de la Fontaine de Neptune



la Plaza Maggiore


Et le soir, quand, dans les bars et restaurants, les couples et amis viennent siroter un bon verre de vin en dégustant cochonnaille et fromage, les rues s'apaisent et laissent place à la flânerie. Pour notre part, nous nous sommes laissés séduire par la cantine la plus chic et la plus sympathique du quartier historique, la Maison Tamburini, superbe épicerie-traiteur, qui vous sert sur des tonneaux en terrasse, ou encore, à de grandes tablées où les groupes se mélangent joyeusement. Le soir, pas de chichis, c'est assortiment de charcuteries et de fromages et succulent vin de la région.







RAVENNE


Nous voilà à la dernière ville-étape de la Via Emilie-Romagne, juste sous le Delta du Pô. Ancienne capitale de l'Empire d'Occident, Ravenne, sous ses allures provinciales, cachent ses trésors : de somptueuses mosaïques qui couvrent les murs de ses nombreux édifices religieux. Petit bémol, pour pouvoir visiter un seul monument et de loin celui contenant les plus anciennes mosaïques, c'est-à-dire le Baptistère et le Mausolée Galla Placidia on vous impose un pack pour tous les monuments de la ville et ce à un prix plus qu'exorbitant!!! Ce phénomène ne s'arrête malheureusement pas qu'à Ravenne mais bien à toute l'Italie. Et bien Ravenne ne nous le laissera pas compter et nous trouverons tout de même de bien jolies mosaïques dans le "Baptistèro degli Ariani (visite gratuite!!!!). Nous avons tout de même passé une agréable journée dans cette charmante cité.



le jardin des essences derrière la cathédrale

le Baptistero degli Ariani
la porte du Marché Couvert


la Rue Cavour

LE PARC NATUREL DE RAVENNE


Délaissant la ville, nous décidons de nous offrir une petite escale bucolique dans la lagune de Ravenne, où se trouve un superbe site ornithologique : les Marais de Ravenne et de Comacchio. Le site offre plusieurs parcours fléchés afin d'approcher au plus prêt la faune et la flore (et les moustiques!!!) et des miradors permettent d'observer à la jumelle, les oiseaux sur les étangs. C'est là le genre de balade qui nous plait énormément et nous nous régalons du spectacle. En visitant ce parc, nous avons beaucoup pensé aux enfants de l'école de Kergrist et aussi à nos petits enfants car nous savons qu'ils auraient tous beaucoup apprécié arpenter ce parc avec nous.







VENISE



Deux jours de rêves et de folies.... deux jours trop courts pour tout voir.... des coups de coeur comme les ruelles désertées des touristes ou plus encore l'île de Burano, où malgré l'affluence, il ferait bon poser ses valises... Plus rien n'est à dire sur Venise, cette destination mythique, dont rêvent tous les amoureux. Le Pont des Soupirs et sa triste histoire, celle de tous ces prisonniers qui l'ont franchi une dernière fois avant d'aller périr dans les cachots de la prison du Palais Ducal ; les gondoles où les couples s'entassent pour espérer s'embrasser à l'abri des canaux ; Les masques artistiquement travaillés par des doigt de fées ; et les cafés réputés de la Place Saint-Marc, où l'on revient le soir déguster un cappuccino hors de prix au son d'un orchestre en terrasse.


Mais Venise, c'est aussi ses ruelles discrètes, son quartier du Ghetto, qui rappelle tristement le sort des déportés de la deuxième guerre mondiale, ses habitants courtois mais néanmoins fatigués de toute cette agitation, le va-et-vient des canots-ambulances qui essayent tant bien que mal de se frayer un chemin parmi toutes les embarcations, et ceux plus discrets qui emmènent les Vénitiens défunts vers leur dernière escale sur l'île du cimetière.

BURANO


Comment ne pas succomber au charme de Burano. Tout, sur cette petite île de la lagune vénitienne, n'est que finesse et élégance. Les couleurs, les canaux, les chats et les anciens qui lézardent au soleil, le linge qui sèche à la brise marine nous emporte bien loin de la frénésie de la cité lacustre toute proche. La dentelle est à Burano comme le verre soufflé est à Murano et les masques à Venise. Difficile de quitter ce petit coin de paradis. Mais promis, nous y reviendrons.






MURANO


A la fin du 13ème siècle, craignant les grands incendies à Venise, le Grand Conseil de la ville décida de transférer les verreries à Murano. Cette cité est charmante avec ses bâtiments désuets, ses places agrémentées d'oeuvres artistiques des souffleurs de verre et ses multiples boutiques aux devantures colorées. Dommage que le jour de notre passage sur l'île, nous n'ayons pu assister au travail de ses artistes, car toutes les entrées des ateliers étaient réservées par des agences touristiques.







TRIESTE

Et nous voici arrivés au terme de notre balade italienne. Mais avant de passer la frontière, nous faisons une dernière visite, pas de celle qui donne du baume au coeur, seulement celle du souvenir et du respect de la souffrance inutile. Un lieu qui servit de décor à un très beau film italien "La Bella Vista" : Le seul camp de concentration en Italie, installé par les Nazis dans l'ancienne Rizerie de San Sabba en 1943. Ce camp était au départ un camp de prisonniers provisoire, pour les militaires italiens capturés après le 8 septembre 1943. Il devint ensuite un camp de détention de police destiné au triage des déportés en Allemagne et en Pologne, au dépôt des biens confisqués et à la détention et à l'élimination de résistants, d'otages, de détenus politiques et de juifs. Fracas de moteurs, aboiements de chiens spécialement dressés, musique couvraient les cris et les bruits des exécutions.Le séchoir de la rizerie fut transformé en four crématoire capable d'incinérer un plus grand nombre de cadavres. Celui-ci fut dynamité par les Nazis lors de leur fuite pour cacher les preuves de leurs crimes. Il a été estimé entre 3000 et 5000 personnes éliminées dans la rizerie. Les murs conservent encore les traces du four et des plans de la construction ont été retrouvés.

Un grand incendie a détruit une partie des bâtiments en 1967. Un grand projet architectural a été entrepris et inauguré en 1975. Les bâtiments en ruine ont été remplacés par des murs en béton de onze mètres de hauteur qui transforme l'ancienne entrée en couloir de la mort. Dans la cour intérieure, un parcours en acier représente la marque du four du conduit de la fumée et de la base de la cheminée. Dans les bâtiments restés intactes, on découvre avec horreur l17 cellules intactes et exiguës où étaient entassés jusqu'à 6 prisonniers destinés à une mort imminente.
Ce lieu est devenu un musée, où régulièrement des associations régionales et des écoles viennent rendre hommage et se recueillir. Le jour de notre passage, nous avons pu assister à une réunion commémorative de la Toscane.




l'entrée de la rizerie
la Pieta symbole rappelant la fumée du four


la salle des croix
l'emplacement du four crématoire
les cellules




​Le voyage continue, et il est temps pour nous de passer en Croatie. Nous garderons de l'Italie, ses couleurs, sa gastronomie, la gentillesse des habitants de Soragna où nous avons passé plusieurs jours, et de tous les italiens que nous avons croisés. La douceur de vivre de l'Emilie-Romagne, les fous rires au Café Tamburini quand nous avons essayé de parler italien avec nos voisins de table. C'est avec plaisir que nous continuerons notre découverte de ce pays qui sent bon le soleil....mais l'Italie devra patienter encore un peu car d'autres contrées nous attendent.


et pour finir.....

non, JP c'est pas de la neige!!!

Silia guide touristique
Ahh!!! la glace italienne!!!
effet d'optique





pause douceur à Murano

INFORMATIONS PRATIQUES

Décalage horaireaucun avec la France                                                                                                                          
Monnaiel'euro
Coût de la vieidm la France
Languel'italien
Visala carte d'identité suffit
Douane Entrée​Simplon (CH) – Isèle (I) : aucun contrôle
Douane sortie​San Barbàra (I) – Hrvatini (SLO) : aucun contrôle (attention prendre la vignette écotaxe côté Slovène !!!)
Assurance
​Camping-car
assurance française (pays de la carte verte)
Bivouacslibres partout (villes et campagne) - parkings des grandes villes gratuits la nuit
Diésel​Entre 1,50€ et 1,60€ /litre (mai 2012)
Eau​Fontaines dans les villages et surtout beaucoup d’aires de service CC gratuites
Electricité220 V - prises françaises compatibles
Gazpas eu besoin
Internet​Cybercafé un peu partout – hotspot ouvert gratuit (Soragna)
Laveries​Autocamp Parme : lavage 5€ - séchage 3,50€
Réseau routier​en bon état - Autoroutes à péage
Guides voyageGuide Vert Michelin Italie du Nord  - Le Routard (2012) Italie du Nord (sans Venise)
Cartes routières​Michelin 735 édition 2010: suffisant 

Points GPS et appréciations des bivouacs en cliquant ici


​​LES BIVOUACS




​La suite c'est ici : ​​​LA CROATIE